Pour rouler en trottinette électrique, il est obligatoire d’être assuré.

« Les trottinettes, mono roues et hoverboards électriques sillonnent les villes depuis plusieurs années mais, officiellement, ils ne pouvaient rouler que sur circuits privés. Fin 2019, ils ont enfin fait leur entrée dans le code de la route. La catégorie des engins de déplacement personnel motorisés (EDPM) a été créée et des règles de circulation ont été définies (voir encadré ci-dessous).

OBLIGATION D’ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE

Ces engins sont considérés comme des véhicules terrestres à moteur et, à ce titre, soumis à une obligation d’assurance. L’obligation porte sur l’assurance responsabilité civile. Elle couvre les dommages causés à des tiers. N’est-on pas déjà couvert par d’autres contrats ? Non. Les multirisques ‘habitation’, par exemple, incluent une responsabilité civile, mais elles ne fonctionneront pas pour un véhicule terrestre à moteur. Il est donc impératif de souscrire une garantie responsabilité civile dédiée à la trottinette électrique. Il peut être souhaitable de couvrir aussi ses propres blessures par le biais d’une garantie conducteur. On peut enfin vouloir assurer l’engin contre le vol ou les dégradations.

DIFFICILE D’OBTENIR DES INFORMATIONS EN LIGNE

La recherche d’un contrat n’est pas simple car le marché est encore balbutiant. Il est notamment difficile d’obtenir des informations précises en ligne. De plus, si certains contrats sont spécifiques aux EDPM, la plupart sont des adaptations de contrats auto ou moto. Pour avoir un panel représentatif, nous avons sollicité des sociétés d’assurance, des mutualistes, des bancassureurs et un assureur en ligne. Six sociétés ont répondu à notre questionnaire et envoyé leurs conditions générales (…) »

Pour en savoir plus (dont le comparatif pour faire un choix parmi  les différentes formules proposées par les assureurs)

  • voir revue « 60 millions de consommateurs» n° 556 de février 2020
  • lien : https://www.60millions-mag.com/

(attention : achat du numéro ou lecture numérique de la revue payant)

 Circuler dans les règles

« La conduite des engins  de déplacement personnel motorisé (EDPM) est autorisée à partir de 12 ans. L’engin ne peut transporter qu’un conducteur.

En ville,  ils doivent circuler sur les bandes ou pistes cyclables. À défaut, ils roulent sur la chaussée. Le casque n’est pas obligatoire mais le conducteur doit porter un gilet ‘haute visibilité’ ou un équipement rétro réfléchissant la nuit, ou si la visibilité est insuffisante.

Hors agglomérations, les engins peuvent emprunter des voies vertes, des pistes cyclables ou, si autorisées localement, les routes limitées à 80 km/h. Le conducteur doit alors avoir un casque, un gilet ‘haute visibilité’ ou un équipement rétro réfléchissant, un éclairage complémentaire et il doit rouler phares allumés.

D’ici le 1er juillet,  les engins devront tous être dotés de feux avant et arrière, de catadioptres avant, arrière latéraux, d’un avertisseur sonore et d’un frein. »

Renseignez-vous auprès de JHR-Racing pour votre équipement

  • tout ce qu’il vous faut au shop JHR-Racing, 50 route de Saint-Gilles à BEAUCAIRE